Stacks Image 2897
La diététique

une science inspirée des textes d’Hippoccrate

Les débuts de l’organisation de l’alimentation remonteraient au Moyen Age, les traités de diététique sont inspirés des textes d’Hippocrate. De cette époque et jusqu’au XVIIIe siècle on distingue trois régimes : celui des malades graves et des accouchées, celui des malades ordinaires enfin celui des adolescents. Un nouveau type de régime est mis en place en 1787 avec le système des quatre rations : quart, demi, trois quarts et portion complète. Ce système persistera jusque dans le milieu du XIXe siècle.
Depuis longtemps donc , les hommes ont fait un lien entre santé et alimentation mais c’est récemment que l’application pratique de cette idée est passée aux mains d’une profession paramédicale.

Une profession récente :

La profession de diététicien est une profession encore jeune, plus développée en pays anglo-saxons qu'en pays latins. Elle a commencé au Canada vers 1902-1907. Elle s’est réellement mise en place dans les années 20 aux Etats Unis et au Japon dans les années 30, en Allemagne, en Argentine, aux Pays Bas en 1935, en France en 1949, en Belgique en 1951, enfin au Luxembourg en 80-85. En France en 1935 Lucie Randoin, chercheur biologiste, élabore les lois de la diététique et en 1945 elle crée des "spécialistes en alimentation rationnelle". En 1948 , le Professeur Jean Trémolières fonde à l’hôpital Bichât, dans le cadre de l’Institut National d’Hygiène (futur INSERM), une cuisine diététique expérimentale. Le premier service de diététique a été crée à l’Hôtel Dieu de Marseille en 1952. Historiquement hospitalière et féminine, la profession de diététicien se diversifie. La pratique en cabinet libéral se développe, le diététicien est alors le plus souvent complémentaire du médecin de ville qu’il soit généraliste ou nutritionniste. Sa présence au sein des collectivités territoriales tend à prendre une place prépondérante en réponse aux différents programmes de prévention de santé publique (obésité de l'enfant, …). Elle s’ouvre peu à peu aux hommes et de nouveaux métiers émergent dans l’industrie agro-alimentaire, ou dans les agences de communication par exemple.

Le statut du diététicien :

Depuis Janvier 2007, le diététicien est reconnu comme professionnel de santé à part entière. En effet la Loi N° 2007—127 donne un cadre juridique à la profession  : définition du métier de diététicien, modalités d’exercice, délivrance du diplôme d'État de diététicien et inscription au fichier ADELI. 
La logique de protection du consommateur a besoin de repères légaux pour pouvoir différencier le professionnel agréé du premier intervenant venu.

(Extrait de la définition rédigée par l’AFDN : Association Française des Diététiciens Nutritionnistes
Première organisation professionnelle française de diététiciens )
- :- :- :- :-

Un peu d’éthymologie :  « diététique » vient du grec « dieta » qui signifie « un art de vivre, l’art de bien se nourrir » 
Hippocrate disait déjà : « Que l’aliment soit ta seule médecine !».
Si la 
nutrition se définit comme la science qui analyse les rapports entre la nourriture et la santé, la diététique y intègre une dimension culturelle liée aux pratiques alimentaires.
La nutrition est la science qui étudie les aliments et leurs effets sur l’être humain, tandis que la diététique est l’étude de l’ensemble des règles qui doivent régir son alimentation.
La diététique est une « norme sociale » qui varie selon les époques, selon les civilisations, selon les religions ou les croyances, et évolue au fur et à mesure de la mise en évidence de nouvelles informations en matière de nutrition.
À notre époque, sous l’effet du développement scientifique, les deux concepts tendent à se rejoindre. La « norme diététique » s’appuie sur des connaissances scientifiques qui ne cessent de s’accroître.
La diététique a pour objectif de permettre aux êtres humains de conserver ou retrouver leur poids, préserver ou améliorer leur santé.
Pour stopper certaines distorsions de concurrence entre entreprises, et les confusions fréquentes faites avec des aliments normaux portant des allégations nutritionnelles ou de santé ou destinés à des personnes particulières (
allergiques, etc.), le Parlement européen a décidé le 11 juin 2013 de faire disparaître du vocabulaire officiel l'expression « aliments diététiques »

Attention aux allégations commerciales :
Les entreprises agroalimentaires ont parfois abusé du qualitatif « diététique » pour vendre leurs produits. L'allégation « santé » est un puissant levier marketing pour augmenter la consommation d'un aliment en soulignant un côté « vertueux » de sa composition, ce qui obscurcit d'éventuels déséquilibres de l'aliment (aliment trop gras et trop sucré par ailleurs, mais qui mettrait en avant son apport en calcium et en fer, par exemple).
Qu’est-ce qu’une « allégation nutritionnelle ? » : c’est un message qui affirme, suggère ou implique qu’une denrée alimentaire possède des propriétés nutritionnelles bénéfiques particulières de par :
- l’énergie (valeur calorique) qu’elle fournit, à un degré moindre ou plus élevé, ou ne fournit pas
- et/ou les nutriments ou autres substances qu’elle contient, en proportion moindre ou plus élevée, ou ne contient pas.
Les 
allégations nutritionnelles les plus couramment utilsées sont, par exemple :
- « Source de fibre »
- « Allégé en sucres »
- « Riche en calcium »
- « A teneur garantie en vitamine C »
- «  Sans sel »

Stacks Image 4386